Le Barter à Brest

Présentation par Emmanuel Gazin, de la Recyclerie « Un peu d’R ». 

Dans le cadre de son assemblée générale, l’ADESS pays de Brest a fait intervenir la recyclerie Un peu d’R afin de présenter un nouveau système d’échange innovant qui se met en place … Retrouvez ci-dessous l’intégralité de son témoignage !

Historique

Très souvent nous étions sollicités, notamment par des associations, sur de l’équipement, du petit aménagement… Et rapidement est arrivée la question de notre modèle économique.

Bien entendu, l’échange, le coup de main fait parti de notre modèle, de nos valeurs mais nous devions aussi nous interroger sur quel était notre projet, notre fonction. Nous avons donc décidé de réfléchir à une manière de formaliser ces échanges, de les rendre visibles sans pour autant mettre en difficulté les trésoreries de ces structures.

Naturellement nous nous sommes intéressés au Barter.

SCIC France Barter

L’échange inter-entreprises ou « Barter » est un outil de développement innovant et collaboratif pour les entreprises de toute taille. Il leur permet de financer certaines dépenses ou projets d’achats directement en échange de leur production sans sortie de trésorerie..

Ce mode de commerce, véritable relais de croissance permet à une société d’accéder à un réseau collaboratif d’entreprises sélectionnées et prêtes à échanger …

Actuellement

Nous sommes une dizaine de structures, qui depuis 2015, travaillons à ce système d »échanges et inscrivons nos échanges de biens et services dans ce modèle.

Nous avons rapidement décidé de voir chaque structure individuellement. Parce que comme souvent dans les SEL (Système d’échanges locaux), il est assez facile d’exprimer ses besoins mais beaucoup plus difficile de dire ce que l’on peut proposer. Le fait de prendre du temps avec la structure partenaire, un moment d’échange, nous a permis d’aller creuser dans le projet de la structure et d’être en capacité de leur dire « cet élément peut nous intéresser, nous en aurions besoin ».

Actuellement, les échanges sont plutôt unilatéraux, avec la recyclerie au centre, mais une volonté d’échanges multilatéraux s’affirme. C’est-à-dire qu’un crédit que l’on a dépensé à la recyclerie pourrait ensuite être dépensé dans une autre structure. Ce passage à l’échelle n’est pas facile et demande de formaliser des outils de gestion et de suivi.

 Ce qui a été échangé par la recyclerie :

  • Du mobilier de bureau,
  • Du matériel informatique,
  • Le prêt d’un fourgon,
  • Du matériel de bricolage,
  • Des fournitures de bureau (on en récupère de plus en plus),
  • La construction de mobilier (par exemple, on a construit l’intégralité d’une salle de réunion),
  • Des heures de travail : cela permet petit à petit d’aller travailler chez les autres, ou de pouvoir proposer des compétences qui sont présentes en internes.

Contre-parties reçues :

  • Une salle de réunion,
  • Des heures de fourgon,
  • La mise à disposition de personnel (cela nous a permis d’assurer un certain nombre de nos activités, sans forcément toucher à notre trésorerie), ce qui représente par exemple environ 35 heures de travail échangées avec Vert le Jardin…
  • Des réduction de factures de comptabilité, des spots publicitaires auprès d’une radio,
  • De la réparation de matériel spécifique .
  • Des places de spectacle, des cours d’équitation…

La plupart des contreparties nous ont servi pour notre fonctionnement. Mais nous souhaitons que le Barter puisse aussi permettre des contreparties qui améliorent l’accès aux loisirs, à la culture, et à la santé de nos actions d’insertion (Places de spectacle et cours d’équitation). Aujourd’hui, dans le cadre de nos actions d’insertion, financées par le Conseil Départemental, nous cherchons à augmenter le nombre d’actions collectives  pour travailler sur l’alimentation, l’accès aux loisirs et à la culture. Se pose dès lors la question du financement de ses actions, notamment quant elles impliquent une autres structure. Grâce à l’échange entre associations via le Barter, ce type d’activités a pu voir le jour. Par exemple, un échange avec Vert le Jardin pourrait permettre à des participants à nos actions d’insertion de bénéficier de l’atelier de conserverie ou de partager un repas en contre partie de matériels…

En 2015, l’ensemble de ces échanges représente environ 6 milles euros.

Perspectives :

Aujourd’hui, ce projet est dans un objectif de développement puisque nous voyons arriver petit à petit un certain nombre de structures qui viennent nous voir et qui nous disent clairement, « on a pas d’argent ».

C’est une des raisons pour lesquelles la Recyclerie est rentrée dans le « collectif Lieu Dit ». Nous nous sommes dit que Le Barter pourrait peut-être faire partie du modèle économique et qu’il pourrait se mettre en place entre les dix structures [qui participent au projet du Lieu-Dit ], et avec d’autres. L’idée étant de bien poser comptablement l’ensemble de ces échanges.

Reste pour nous un certain nombre d’objectifs en 2016 :

  • Former l’équipe de la recyclerie : ce sont des modes de pensées qui ne sont pas habituels. Nous voyons bien qu’au niveau de la Recyclerie, lorsqu’il y a des rencontres avec des partenaires, il est important que l’équipe ait suffisamment intégré le Barter pour pouvoir le proposer.
  • Travailler sur la partie comptable : nous devons formaliser des outils comptables pour faire état de ces modes d’échanges dans les mois et les années qui viennent. Le Barter est délimité par la loi, avec des modèles de factures spécifiques… Nous devons encore avancer sur ces aspects car l’idée est de bien pouvoir poser ce modèle économique.
  • Prendre contact avec les réseaux : France Barter et Breizh Barter. Le réseau régional, basé à Rennes, compte une quarantaine d’entreprises.

Nous avons obtenu un financement en 2015 dans le cadre de l’appel à Projets ESS du pays de Brest, et à chaque nouvelle étape nous réalisons qu’arriver à bien structurer et bien communiquer sur le barter nous demande beaucoup de temps.

L’idée, c’est de faire savoir que cette proposition existe, pour que les structures intéressées viennent nous rencontrer. Une fois cette rencontre effectuée, la démarche est en fait assez naturelle, d’autant que des économies importantes sont réalisées pour beaucoup de structures grâce au barter, et notamment en terme de trésorerie.

Merci pour ce témoignage !
Pour en savoir plus sur le barter et/ou la recyclerie Un peu d’R :
– Site Web : http://unpeudr.fr/
– Tel. : 07.82.42.84.42
– E-mail : contact@unpeudr.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.